COMPTE-RENDU DE LA REUNION PREPARATOIRE AU PROJET D’OBSERVATOIRE NATURALISTE DES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS. Châteaurenard (13), le 31.10.2002


Personnes présentes :

BERNIER Christophe, CHAMBOULEYRON Mathieu, GIRAUD Christophe, GUILLOUX Gwenaël, HENTZ Jean-Laurent, MICHENEAU Eddy, THIÉRY Alain.

Objectif de la réunion :

Il s’agissait de présenter le projet et de discuter des possibilités liées à la création d’un Observatoire Naturaliste des Ecosystèmes Méditerranéens en terme de fonctionnement, d’éthique associative, de programmes d’études, de relation avec les associations et les institutions.
porno izle


Analyse de la situation actuelle:

Nous avons dans un premier temps essayé de brosser un rapide état des lieux de la situation naturaliste à l’échelle méditerranéenne française. Le constat d’une nature riche et d’un territoire d’exception, mais sous-valorisé en regard des potentialités offertes par la présence de nombreux acteurs, semble assez bien partagé. En revanche, les causes pouvant expliquer la faiblesse des études naturalistes sur les espaces et les espèces méditerrannéennes (inventaires cartographiques incomplets, connaissance du terrain très parcellaire, exploitations minimales des données, outils d’analyses archaiques, etc.) semblent nombreuses et peu consensuelles :
- Culture méditerranéenne individualiste (malgré l’existence d’un fort sentiment d’appartenance à une identité méditerranée commune)
- Cloisonnement vertical, horizontal et multiplication des structures (juxtaposition territoriale des structures thématiques et superposition des structures spécialisées sur un meme territoire)
- Spécificités biogéographiques locales (différences notables entre les P-Orientales, les Alpes Maritimes et la Corse).

Les enjeux de la création d’ONEM :

L’ONEM serait un outil porté par la société civile destiné à travailler à l’échelle du domaine méditerranéen français. Seule une association, par la souplesse de son statut, relever le défi de réunir tous les acteurs de l’environnement (naturalistes, chercheurs, gestionnaires d’espaces naturels, etc.) autour d’un projet citoyen (# seulement professionnel).

Les enjeux sont la mise en place de programmes d’études transversales, de démultiplier le recueil, le traitement et la diffusion des informations, de favoriser les économies d’échelles (recherche d’efficacité, de résultat). ONEM pourrait également développer une politique de « recrutement de personnes dormantes » propre à former une relève citoyenne active.

L’enjeu suprème serait la reconnaissance institutionnelle d’ONEM pour la qualité du travail (naturaliste et scientifique) accompli par l’association. Dès lors l’ONEM devient un espace « d’intelligence » méditerranéen, reconnu pour son savoir-faire et son faire-savoir.

Clarifier les Objectifs d’ONEM :

Après discussion des enjeux de la création de l’association, nous avons spontanément relevé trois objectifs principaux. ONEM serait donc porté non seulement vers :
- 1. Des enquètes et inventaires naturalistes, mais dans une perspective d’
- 2. Interprétation du fonctionnement des écosystèmes méditerranéens,
  • cette analyse permettant
- 3. De répondre aux attentes sociétales à travers les résultats des travaux.

Démarche :

Les travaux de l’association sont menés dans la perspective de porter à la connaissance de notre société les processus d’évolutions des écosystèmes et l’impact réel de nos activités sur les espèces méditerranéennes, de manière à provoquer une réflexion responsable quand à nos pratiques sociétales.
L’ONEM est un espace de réflexion propre à mener des travaux transversaux à partir des entrées thématiques suivantes :
- une entrée géographique : le domaine méditerranéen français
- une entrée biocénotique : les écosystèmes méditerranéens
- une entrée taxonomique : les espèces et sous-espèces à
  • affinités méditerranéennes et situations d’isolements endémiques
- une entrée temporelle : les phénomènes relictuels, régressifs et expansionistes en zone méditerranéenne et autour
- une entrée culturelle : les pratiques naturalistes dans l’espace méditerranéen, la perception et la prise en compte des écosystèmes méditerranéens dans notre société.

Fonctionnement de l’association :

C’est une association de personnes physiques, de façon :
- qu’il y ait une égalité entre les adhérents
- que les adhérents ne représentent qu’eux-memes
- que les adhérents s’investissent par leur seule motivation

L’association se compose :
- de membres adhérents collaborant aux programmes de l’association
- de conseillers réunis dans un conseil scientifique et technique (CST).

Le CST est le seul organe décisionnel de l’association, il est articulé autour de deux types de missions :
- Le suivi scientifique et technique des programmes d’activités
- Le suivi administratif, financier, le respect statutaire de l’éthique.

Les personnes investies à l’origine du projet d’association constituent déjà, par leur diversité, un groupe aux compétences multiples. Cependant, il a été rappelé que, dans un soucis d’efficacité, des compétences techniques en matière de traitement informatique des informations de l’association sont indispensables et à rechercher. De plus, il est souhaitable qu’à terme, tous les secteurs géographiques du domaine méditerranéens soient représentés par des conseillers au sein du CST.

Les membres adhérents collaborant à un programme de l’association pourront évoluer dans un groupe de travail sur la thématique qu’ils auront choisi. Chaque groupe sera animé par un référent en relation étroite avec le CST. Suivant l’aire géographique choisie, des correspondants formés et volontaires pourront relayer localement les opérations en cours.

Avec la crise, et le risque de cambriolage accru, un coffre-fort et une armoire forte ignifuge ne sont plus des accessoires de luxe !
Un bon hôtel devrait avoir un Coffre-fort hôtel dans chaque chambres.
Une Armoire forte ignifuge ou un coffre fort que j'ai trouvé sur le site http://www.infosafe.fr permettra de stocker les contrats,
mais un Coffre-fort ignifugé sera idéal pour les valeurs et les dossiers et contrats importants.


Idées de programmes :

Pour faire ses preuves, ONEM doit pouvoir mener un programme test dès sa première année. Plusieurs propositions ont été faite, à savoir :
- Etudes comparatives sur des agrosystèmes (vignoble, arboriculture, etc.)
- Espèces invasives (papillons, escargots, plantes, etc.)
- Ecotones (zones de connection biologiques, espaces banalisés, etc.)
- Influence de nos pratiques sur les écosystèmes (loisirs, incendies)

Prospective :

L’ONEM est un projet certes ambitieux, mais un rapide aperçu des applications potentielles de l’association semble bien au delà des possiblités actuelles portées par le paysage associatif et scientifique du pourtour méditerranéen français.

Un effort de structuration collective de notre pensée semble désormais nécessaire pour transformer l’idée d’ONEM en réalité opérationnelle. Pour cela, il s’agit pour nous de préciser encore plus l’objet et le projet de l’assocation, son mode de fonctionnement et de choisir ensuite un programme test à lance comme première année de fonctionnement, c’est à dire pour 2003.

D’ici là, il nous faut travailler sur les fondations de l’association, qui résident dans deux documents structurels : les statuts et l’éthique ONEM. Je vous invite donc à participer aux échanges et débats qui vont suivre ce mois de novembre, de manière à obtenir bientôt un document fondateur de référence qui puisse nous servir pour mieux communiquer notre projet.

















































































Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]